PARESSE

L’ÉCOLE BUISSONNIÈRE

De 3 à 6 personnes [ À PARTIR DE 10 ANS, AVEC 1 ADULTE ]

FOUILLE 25% – MANIPULATION 35% – REFLEXION 40%

Taux de réussite : 50% – salle « débutant » pour découvrir le concept

 

En 1957, au Pensionnat Jean-Edouard de Majastres.
Demeurer nuit et jour dans l’enceinte de cet établissement est synonyme de prison.
Mais vos parents ne savaient vraiment plus quoi faire pour combattre votre paresse et la décision
de vous envoyer dans le pensionnat le plus reculé de France était leur meilleure idée.
Malheureusement, votre moyenne générale ne dépasse pas les 7/20 et votre comportement d’andouille
vont encore vous valoir le bonnet d’âne. Autant dire que la nouvelle risque d’être mal reçue par votre famille…
Vous voilà obligé d’œuvrer à un plan d’évasion avec vos fidèles camarades : l’ultime chance pour survivre,
et peut-être l’unique moyen pour montrer que votre fainéantise n’est qu’un choix.
Non, vous n’êtes pas un cancre !

 

C’EST LE MOMENT OU JAMAIS : LES MAÎTRES SONT EN RÉUNION, VOUS ÊTES EN ÉTUDE DU SOIR,
ET JEAN-EUDES, LE PION DU PENSIONNAT,
A DÉCIDÉ DE VOUS AIDER À EXÉCUTER VOTRE PLAN PLUTÔT QUE DE VOUS SURVEILLER.

 

Vous avez une heure ! Soyez discrets ou Mme André et Mr Dubois vous mettrons une bonne pichenette
avant de vous enfermer dans la chambre noire à genoux sur la règle carrée.

LE SAVIEZ VOUS ?

LA PARESSE :
60 SECONDES DE CULTURE GÉNÉRALE

La paresse, probablement le péché capital le “moins pire”, est intimement liée à la procrastination, qui est la tendance
à toujours remettre au lendemain ce qui peut être fait le jour même. Le paresseux a en effet un amour inconditionnel pour le repos,
manque souvent de volonté et de motivation pour transformer ces devoirs en action.

A l’origine, l’Eglise employait le mot acédie pour désigner ce péché capital. L’acédie signifiait « paresse spirituelle »,
c’est à dire le fait de se désintéresser de tout, de ne croire en rien, de ne pas avoir foi.
Le sens de ce péché capital était donc bien différent de celui d’aujourd’hui.

Mais au XXIème siècle, contrairement à ce que l’on croit, les moments à paresser sont loin d’être une perte de temps.
Les paresseux accomplissent en fait davantage de tâches, et identifient les moyens les plus faciles
et les plus rapides pour trouver les solutions aux problèmes. Leur sens et leur sensibilité est sans cesse en éveil,
car la paresse amène créativité, rêverie et permet d’explorer de nouveaux chemins.

Il est donc essentiel de différencier “la paresse nocive” celle qui refuse l’effort, nous laisse insatisfait
et draine notre énergie, de “la paresse plaisir” qui nous donne le droit de s’offrir du temps
et nous autorise à ne pas rien faire, et cela sans remord ni culpabilité.

« SEULE LA PARESSE FATIGUE LE CERVEAU »

Louis Pauwels

les autres thérapies

Découvrez les autres énigmes du Dr Synaps qui a fait des pêchés capitaux son thème de prédilection.

LUXURE

Rêve ou cauchemar
à Las Vegas

colere_therapie-escape-game

COLÈRE

La malédiction de Satan

ORGUEIL

 

À venir

MAIS AU FAIT ? QUEL TYPE DE PATIENT ÊTES-VOUS ?